Tout savoir sur la réglementation thermique 2012

Depuis le 1er choc pétrolier de 1974, les instances politiques françaises tachent de définir une règlementation pour limiter la consommation d’énergie des bâtiments. C’est dans cette optique que le Grenelle de l’Environnement a mis en place une nouvelle réglementation thermique dite RT2012.

QUEL EST L’OBJECTIF DE LA RT 2012 ?

A compter du 1er janvier 2013, toute personne qui dépose un permis de construire pour un bâtiment neuf ou en rénovation doit respecter la Réglementation Thermique 2012. L’objectif est de réviser à la baisse la consommation d’énergie du logement et de ne pas dépasser 50 Kilowatts par heure d’énergie primaire par m² / an.

QUELLES SONT LES EXIGENCES QUE L’ON RETROUVE DANS LA RT 2012 ?

Dans la RT 2012, on va davantage mettre en avant l’efficacité énergétique à l’échelle de la maison individuelle avec 3 points clés :

1. La consommation d’énergie maximale passe à 50 kWh/m²/an

Les nouveaux logements devront consommer 50kWh en moyenne par m² et par an. Cela correspond à une consommation cinq fois moins importante que celle du parc de logements existants, estimée à 240kWh par m².

Ce nouveau seuil prend en compte des facteurs supplémentaires qui n’étaient pas présents dans la précédente RT de 2005 comme l’énergie utilisée pour l’eau chaude sanitaire, l’éclairage, le chauffage, la climatisation.

A noter une exception pour les logements collectifs : jusqu’au 1er janvier 2018, l’arrêté du 19/12/14 leur accorde un assouplissement de l’exigence de consommation énergétique à 57,5 kWh/m²/an (au lieu de 50 kWh/m²/an).

Logement collectif

2. Une architecture « bioclimatique »

Pour pouvoir afficher une architecture bioclimatique, les bâtiments (maisons ou immeubles) doivent limiter au maximum leurs besoins en électricité et chauffage.

Dans un premier temps, les bâtiments devront posséder au moins 1/6 de surfaces vitrées et être orientés de préférence vers le sud. Cela permet de profiter de l’éclairage naturel l’été et d’optimiser les apports solaires l’hiver. Les chambres devront obligatoirement être pourvues de volets ou stores afin de conserver en été la fraicheur dans le bâtiment.

Dans un second temps, l’agencement des pièces à l’intérieur du bâtiment sera à prendre en compte. Les chambres devront être orientées à l’est autant que possible afin d’éviter les surchauffes pendant l’été.

Au sud, on privilégiera le salon. Le garage et le cellier, qui sont des pièces non chauffées, seront quant à eux, orientés au nord. Ils pourront ainsi jouer un rôle de « tampon thermique » avec le reste des pièces.

3. Le confort d’été avec la température intérieure référente (Ticréf)

Pour être conforme aux exigences de la RT 2012, l’isolation des bâtiments doit être optimale pour limiter les infiltrations d’air au maximum. A la fin de chaque chantier, un professionnel certifié réalise un test d’étanchéité pour s’assurer des performances de l’ouvrage.

De plus, le bâtiment doit posséder un système de ventilation permettant à l’air de mieux circuler et d’élimination les excès d’humidité dans les salles de bain ou les cuisines.

La réglementation recommande également d’utiliser une source d’énergie renouvelable ou une alternative de type poêle à bois, chaudière à micro-cogénération, ou encore d’un chauffe-eau solaire ou thermodynamique.

La Règlementation Thermique 2012 nous a permis d’évoluer positivement vers un habitat plus durable et une consommation d’énergie limitée. Le label E+C- et la nouvelle Règlementation Thermique de 2020 montre un nouveau tournant vers le bâtiment à bilan positif. En effet, en 2020, les bâtiments neufs devront produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.